Secteur de tavannes J.M.O. 1er B.C.P. du 3 avril au 7 mai 1916

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Secteur de tavannes J.M.O. 1er B.C.P. du 3 avril au 7 mai 1916

Message  SB Verdun le Dim 11 Nov - 19:30

7 Mars 16

Le Baton enlevé en autos à 7 H est transporté à la sortie S.E. de Verdun et vient cantonner dans des péniches le long du canal de la Meuse à 6 Km E. de Verdun près d’Houdainville.

8 Mars 16

Cantonnement aux péniches près d’Houdainville. A 18H, le Baton remplace à Houdainville le 159 R.I. mis à disposition du Gal Cdt le 20 C.A.

9 Mars 16

A 14 H, le Baton quitte Houdainville et se porte en réserve Don au Ravin du Tillat où il occupe les abris laissés libres par le 71ème R.I.T.

10 Mars 16

Le Baton quitte à 23H lr Ravin du Tillat pour venir en réserve de secteur au Fort de Tavannes. Arrivée le 11 à 1H. Pertes pendant le mouvement : 1 blessé.

11 Mars 16

A 13H30, les 2ème et 6ème Cie sont mises à disposition du Gal Cdt la 49ème Bde. La 6ème Cie (Cne Poulain) se rend à l’ouvrage de la Laufée, la 2ème Cie (Cne Faggiarrelli) se rend à la tranchée d’Eix. Mouvement exécuté sous un fort bombardement, mais en bon ordre. Les 1ère, 3ème, 4ème, 5ème et S.M. sont maintenues au Fort de Tavannes comme réserve de secteur.

12 Mars 16

Situation sans changement, à 18H, les 1ère, 3ème, 4ème et S.M. se portent au Ravin des Carrières, lisière S.E. du Bois Chapitre, mouvement exécuté sous un fort bombardement, se fait néanmois dans un ordre parfait et sans pertes. La 5ème Cie est mise à la disposition du Gal Cdt la 86 Bde, elle vient à la redoute de Vaux. Les 2ème et 6ème Cie qui étaient à la disposition du Gal Cdt la 49ème Bde, rentrent dans la nuit du 12 au 13 au fort de Tavannes.

13 Mars 16

Sans changement pour les 1ère, 3ème, 4ème Cie et S.M. : Ravin des Carrières.
5ème Cie : Redoute de Vaux.
2ème et 6ème Cie : Fort de Tavannes.

La journée est marquée par un violent bombardement qui nous cause : 2 tués, 40 blessés.

14 Mars 16

Situation sans changement pour les 1ère, 3ème et 4ème Cie. Un peloton de Mitrailleuses est mis à la disposition du Gal Cdt la 86ème Bde et se porte à la Redoute de Vaux. A 19H, les 2ème et 6ème Cie qui étaient au Fort de Tavannes rejoignent le gros du Baton à la lisière S.E. du Bois Chapitre. Violent bombardement : 3 tués, 4 blessés.

15 Mars 16

A 3H, la 5ème Cie relevée par une Cie du 31 B.C.P. rejoint le Baton au Ravin des Carrières.

16 Mars 16

Le Baton bivouaque sur ses emplacements. Journée marquée par un violent bombardement notamment de 15 à 16 H et de 22H30 à 23H30. Pertes : 5 tués et 27 blessés. Le Baton est mis à la disposition du Gal Cdt la 13 Don comme réserve de secteur (Douaumont). Relevé par des unités du 97 R.I., il se porte aux environs du Fort de Souville où il prend position des tranchées au S.E. de ce fort.

17 Mars 16

Situation sans changement. Journée relativement calme. Aucune perte.

18 Mars 16

Situation sans changement pour les 1ère, 2ème, 3ème, 4ème Cie et S.M. Les 5ème et 6ème Cie sont mises à la disposition de la 53ème Bde comme réserve de Bde, la réserve de celle-ci ayant été dépensée dans les attaques prononcées par l’ennemi sur le 140ème R.I. Les deux Cies se portent à 19H à Fleury et s’installent dans les caves de cette localité.

19 Mars 16

Sans changement. Journée relativement calme.

20 Mars 16

Les éléments de la 43ème Don encore dans le secteur sont relevés par des éléments du 33ème C.A. Le Baton relevé par le 279ème R.I. vient cantonner aux casernes Besaux près de Verdun. Relève effectuée sans incident. Le Lt poulain (6èmeCie) est blessé au cours de cette relève.

21 Mars16


Cantonnement aux casernes Bésaux.
22 Mars 16

Idem.

23 Mars 16

Idem.

24 Mars 16

Idem .Dans la soirée les 1ère et 2ème Cie sont cantonnées à Regret.

25Mars 16

Le Baton cantonne dans le parc à fourrages de Verdun (faubourg Pavé).

26 Mars16

Idem.

27 Mars 16

Idem.

28Mars 16

Idem.

29 Mars 16

Idem.

30 Mars 16

Idem. Dans la nuit du 30 au 31, le Baton à l’effectif de : E.M. (Officiers : 3 Troupe : 79) Mixtes (Officiers : 2 Troupe : 88 Pièces) 8 Cies ( Officiers : 17 Troupe : 836) relève dans le secteur au Nord de Vaux et de la Mare de Vaux le 2ème Baton du 97 R.I. et adopte sur le terrain la formation indiquée sur le schéma ci-dessous :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En dehors de ce qui est emporté par le Baton, il n’existe dans le secteur occupé qu’un petit approvisionnement de cartouches, quelques outils de parc laissés par le régiment relevé mais aucun approvisionnement, soit de défense accessoires, soit de grenandes, soit de fusées. La liaison avec les corps voisins se fait à droite sous un petit ponceau passant sous la voie ferrée et tenu par le 158ème R.I., lequel occupe la région de Vaux, à gauche avec le 226ème R.I. du thalweg qui aboutit à l’extrémité N.O. de la Mare de Vaux. La relève s’est faite sans incident, les liaisons sont parfaitement établies.

31 Mars 16

Le 31 mars dès 4H, l’artillerie allemande commence un tir assez violent avec des pièces de gros calibre sur toute l’étendue du secteur et particulièrement sur le saillant N.E. et la ligne de tranchées orientée N.S. L’intensité du tir de l’artillerie ennemie ne fait que s’accroitre d’heure en heure. A partir de 9 heures du matin, l’arrosage du terrain est tel qu’aucune liaison n’est possible en le PC et les Cies. A midi, les pertes sont déjà assez lourdes. A partir de cette heure, la face E du secteur occupée par les 1ère, 2ème et 3ème Cies sont littéralement accablées par des projectiles de 150, 105, minen et torpilles qui bouleversent complétement les tranchées, balayent ou ensevelissent une grande partie des défenseurs.
Du PC du Cdt il est impossible d’apercevoir quoi que ce soit, le secteur est recouvert d’un nuage de fumée épaisse ; tous les agents de liaison envoyés de l’avant à l’arrière ou de l’arrière à l’avant sont aussitôt mis hors de combat ; du coté de Vaux, on ne voit également rien.
Vers 19H45, les premiers coups de fusil se font entendre, quelques mitrailleuses crépitent, l’attaque allemande se déclenche en plein vers 16H. Dès les premiers coups de feu, le Cdt demande les tirs de barrage ; entre 16 et 17 heures, il lance personnellement 22 fusées blanches ou rouges, les compagnies de 1ère ligne avaient également brulé tout le stock qu’elles avaient emporté. Pour des raisons que le Cdt ignore, ces signaux de demande de tir d’artillerie ne furent suivis d’aucun effet.
Vers 16H30, les blessés de la face E. du secteur arrivent au PC du Cdt et rendent compte que les allemands progressent et sont sur le point d’atteindre le PC. La nouvelle est exacte. Passant par le ponceau que tenait primitivement le 158 R.I., … sur le boqueteau, dévalant sur le saillant N.E. du secteur, les colonnes allemandes poursuivent leur progression. Une autre attaque allemande partant de la lisière N.O. des Bois d’Haudraumont se dirige sur la gauche du secteur, direction la Mare, c’est l’enveloppement complet des troupes du secteur ; la colonne partie des Bois d’Haudraumont ne peut progresser, elle est arrêtée par le feu des 5 et 6ème Cie et d’une section de mitrailleuses. Les colonnes d’attaque ennemies marchant de l’Est vers l’Ouest et qui ont enfoncé les 1ère, 2ème et 3ème Cies (emploi de flammen… et de très nombreuses grenades) sont arrêtées : à droite à hauteur du PC par ce qui reste de la liaison, des pionniers et des téléphonistes du Baton, au centre par les feux d’une sections de la fraction de réserve de la 6ème Cie, couronnant le talus du chemin de fer et par les feux d’une section de mitrailleuses du 226 R.I., à gauche vers le saillant par la 4ème Cie qui sous la conduite du Lt Decoux ( ?) et du SLt Darroussat( ?) forme immédiatement barrage face à l’Est. Il est à remarquer que l’artillerie ennemie continuait son tir même pendant l’attaque de son infanterie et que de ce fait cette dernière subit des pertes sensibles. Vers 18H, la situation est la suivant en partant de la droite : Les allemands établis de part et d’autre de la voie ferrée et à 200 mètres environ du PC. Vers le saillant, la ligne s’est avancée d’une centaine de mètres dans la tranchée orientée E.O. Cette situation reste sans changement jusque dans la nuit.

1er Avril 16

Dans la première partie de la nuit, 2 Cies du 158ème R.I. envoyées en renfort arrivent dans le secteur. Afain de refouler la ligne d’infanterie ennemie, ces 2 Cies sont disposées face à l’Est, l’une vers la voie ferrée, l’autre au Nord de la voie ferrée et près de la tranchée orientée E.O. (face au secteur). La Cie du 158ème R.I. commandée par le SLt Dehuas aidé par la 4 du Baton réussit à enlever 2 barrages et à s’établir sur l’amorce d’un ancien boyau se dirigeant vers le Sud ; la Cie établie sur la voie ferrée se portant en avant, établie la liaison avec la Cie Dehuas et appuie sa droite à la voie ferrée de quelque dizaines de mètres en avant du PC du Baton.
Toute progression en avant étant devenue impossible, tant à cause de l’obscurité profonde, que des alertes constantes résultant des rencontres de patrouilles, et , afain de parer à une nouvelle poussée de l’ennemie dont les mouvements sont très perceptibles, une nouvelle tranchée est immédiatement établie sur la position occupée par les 2 Cies du 158 R.I., tranchée dont l’orientation est sensiblement N.E.S.O. Deux mitrailleuses établies à la droite des 2 Cies du 158ème, à cheval sur la voie ferrée couvrent la droite du nouveau dispositif.
La situation du Baton est particulièrement critique : plus de nouvelles du baton du 158ème R.I. de Vaux, les allemands de part et d’autre de la voie ferrée et à proximité du PC, aucune réserve disponible, aucune relation ou liaison possible avec l’arrière. C’est ainsi que se passe la journée du 1er Avril.

2 Avril 16

Dans la nuit du 1er au 2, les tranchées sont améliorées. Tout mouvement de jour étant absolument impossible. Dans la 2ème partie de la nuit, les 3 Cies restant au Baton sont relevées par le 31 B.C.P. En résumé, les 1ère, 2ème et 3ème Cies, garnison de la face Est du secteur ont été anéantie par un bombardement intensif et continu de l’artillerie qui dura 12 heures. Ce qui ne fut pas tué ou enseveli à dû être emmené par l’ennemie ; de ces trois Cies, il n’a été possible de retrouver qu’1 SLT, 2 S Officiers et une vingtaine de chasseurs.
Le Baton relevé par le 31 B.C.P. vient cantonner aux casernes d’Anthouard.

3 Avril16

Le bataillon cantonne a Verdun. A 10H30, les casernes sont soumises à un violent bombardement, le Baton se met à l’abri dans les fortifications de la ville et y bivouaque la nuit du 3 au 4.

4 Avril 16

Suivant ordre du C.A., le Baton se porte le 4 au matin, au Nord de Belleray, à l’abri le long de la voie ferrée. A 18H, le Baton reçoit l’ordre de se porter immédiatement en réserve aux abris du Ravin (lisière E du Bois de Vaux-Chapitre). Arrivé à 22H, mais par suite du manque de liaison du commandement, le mouvement n’ayant pas été prévu, le Baton est obligé de venir se mettre à l’abri au Tunnel de Tavannes.

5 Avril 16

Le Bataillon est maintenu au Tunnel de Tavannes.

6 Avril 16

Le Bataillon relève aux abris du Ravin 3 Cies du 158ème R.I.

7 Avril 16

Le Baton stationne aux abris du Ravin.

8 Avril 16

Même situation.

9 Avril 16

A 4H, le Baton est embarqué en autos à 18H30 et transporté à Lavincourt (12 Km de Bar-le-Duc).

Pertes Officiers : 8 Sous-Officiers : 44 Troupe : 453
Total : 505 Tués blessés ou disparus












_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
sources: Journal Officiel de Marche du 1er Bataillon de Chasseurs à Pied.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
SB Verdun
Admin

Localisation : Attert Belgique
Messages : 81
Age : 42
Date d'inscription : 19/03/2012

http://sidibrahim-verdun.forumlorraine.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum